Mini bulles‎ > ‎2014‎ > ‎

Le monde de Milo

de Richard MARAZANO et Christophe FERREIRA - Editions Dargaud

Voici le 1er tome du Monde de Milo, un conte chinois remarquablement adapté et transposé dans un univers européen et fantastique par Richard Marazano et Christophe Ferreira.

Le Monde de Milo se situe tout près de cette maison au bord du lac, dans laquelle il est si souvent seul. Un jour, il trouve un magnifique poisson d'or, et sa vie bascule ! Car après le merveilleux poisson, c'est un homme à tête de crapaud, puis un autre à tête d'aigle qui apparaissent, bientôt suivis par une jeune fille prisonnière. Milo découvre que, de l'autre côté du lac, existe un monde fantastique dans lequel une bataille entre le Bien et le Mal fait rage. Il comprend surtout qu'il n'est pas impliqué dans cette histoire par hasard...

1er des deux albums du Monde de Milo, une série tout public qui ravira les préados et les adolescents.



Richard MARAZANO (scénario)

Né en 1971 à Fontenay-aux-roses en région parisienne, Richard Marazano est un adolescent passionné d'arts, de politique et de sciences, profondément marqué par la personnalité de Robert Oppenheimer et par le mythe de Prométhée.

Également passionné par le cinéma (Billy Wilder, Lubitsch, Manckievicz, Arthur Penn etc ... la liste est longue) et la littérature russe, Marazano se décide finalement pour des études de physique et d'astrophysique à la faculté d'Orsay, ayant d'abord hésité entre des études de cinéma et de bande dessinée. En définitive, il débute dans le domaine de la bande dessinée, après avoir intégré le très prestigieux atelier des beaux arts d'Angoulême, puis il fréquente l'atelier Sanzot pendant quelques années. Il finit par s'expatrier en Belgique pour profiter de la cinémathèque de Bruxelles et de ses trois films muets quotidiens.

Son premier album Humain trop humain, dessiné par Éric Dérian, paraît en 1995 aux éditions Le cycliste. L'année suivante, il publie, aux éditions Soleil, le premier tome de la série Zéro Absolu avec Christophe Bec. Les deux tomes suivants sortent en 1998 et 1999 ainsi qu'une intégrale en 2000. Parallèlement, il publie, toujours chez Soleil, la série en deux tomes Sidney et Howell avec Moraes au dessin.

Marazano rejoint ensuite les maisons d'éditions Les Humanoïdes Associés, ainsi que Carabas, pour y publier, entre autres : la série Dusk (2 tomes parus entre 2000 et 2002), dessinée par Christian De Metter ; et Le Bataillon des lâches, one-shot où il s'illustre en tant qu'artiste complet, aussi à l'aise au scénario qu'au dessin ou aux couleurs.

En 2003, il crée la série Cuervos, qui se concentre sur la lutte contre les cartels en Colombie. Dessinée par Michel Durand, 4 tomes sont parus entre 2003 et 2006, ainsi qu'une intégrale en 2009, chez Glénat. Cuervos rencontre un important succès critique et remporte des prix prestigieux comme celui de la meilleure bande dessinée adaptable au cinéma lors du festival Cinéma et Littérature de Monaco en 2006.

Il rencontre le succès public avec la série de science fiction Le Complexe du chimpanzé, dessinée par Jean-Michel Ponzio, (éditions Dargaud). Cette série a reçu le Grand Prix BD 2008 du Musée de l'Air et de l'Espace et Richard Marazano reçoit également le prix du Meilleur Scénario.

Dès lors, Marazano multiplie les projets : Minik avec Hippolyte (éditions Dupuis, 2008), Aguirre (dessin Gabriel Delmas, 2008) et la série Guerrero (dessin Le Gendre, 2008-2009) aux éditions Cabaras, les séries Chaabi (2007-2009) et Genetiks (2007-2010) aux éditions Futuropolis, et enfin la série de deux tomes Eco Warriors (2009-2010) aux éditions 12bis.

Chez Dargaud, sont récemment parus Cutie B (2008), Le Rêve du papillon (2010), S.A.M (2011), Le Protocole du Pélican, en collaboration avec son complice Jean-Michel Ponzio, (2011), l'Expédition (2012), Otaku (2012),le Monde de Milo (2013) séries pour lesquelles il réalise les scénarios.

Marazano est passionné par les récits de voyage depuis l'Antiquité jusqu'au milieu du 19e siècle mais également par les cultures incas, aztèques, maya, précolombiennes en général ainsi que par les arts précolombiens et océaniens, notamment ceux de Papouasie-Nouvelle guinée. La diversité de ses intérêts se retrouve dans ses oeuvres.


Christophe FERREIRA (dessin)

Enfant, je regardais les dessins animés à la TV et essayais de redessiner la même chose. Un peu plus tard, je m'exerçais sur les albums de bande dessinée que j'empruntais à la bibliothèque municipale. Je me souviens qu'à l'époque, je lisais Spirou et Fantasio, Leonard est un génie ou encore Asterix.

En 1991, je suis allé voir Akira au cinéma... ça m'a donné envie de creuser ce qui se cachait derrière ce coup de poing. Le film m'a convaincu que je devais orienter la suite de mes études vers le dessin. Ignorant qu'il existait des écoles d'animations ou de bande dessinée, j'ai repris les études de graphiste pour la pub mais rapidement je me suis rendu compte que ce n'était pas pour moi, ce que je voulais c'était dessiner. Ces études à Paris m'ont permis de connaître l'école des Gobelins et tout a changé. J'ai alors passé le concours pour rentrer dans la section animation où je suis resté deux années à étudier le dessin et l'animation. Ensuite, j'ai fait quelques années d'animation en France avant de me rendre au Japon pour travailler dans différents studios comme animateur. J'habite à Tokyo depuis plusieurs années maintenant, j'ai la chance d'avoir rencontrer des personnes qui ont travaillé sur les séries ou les films qui m'ont toujours fait rêver.

Alex Alice me poussait à faire de la bande dessinée. Il me présente Richard Marazano pour que l'on travaille ensemble sur un projet de dessin animé que je développais à l'époque. Ce projet n'a pas vraiment abouti mais nous sommes restés amis.

Lui aussi insistait sur le fait que je devais me lancer dans la bande dessinée. L'ampleur de la tâche me faisait hésiter malgré mes envies de tenter l'expérience.

Après quinze ans d'insistance de leur part, je me suis décidé à me lancer... En 2013 paraîtra le premier tome de la série « Le monde de Milo ».